mardi, novembre 12

Le phénomène du krach boursier se produit avec l’effondrement brusque des cours boursiers sur un ou plusieurs marchés financiers. Cet effondrement s’observe d’habitude au cours de plusieurs séances boursières. Il est accompagné de panique et d’un sentiment de chaos et de désorientation et il peut concerner tant les valeurs mobilières, que les valeurs immobilières.

Un krach boursier a des conséquences non seulement sur l’économie, mais aussi sur la vie politique et sociale. Que se passe-t-il réellement?

  • Pour commencer, les entreprises perdent leur capacité d’investissement. L’économie entre en phase de récession. Les salaires baissent et le taux de chômage augmente. L’activité économique est en baisse.
  • Les banques perdent leur capacité d’emprunt. Ainsi elles resserrent les crédits aux entreprises.
  • Les gouvernements peuvent subir la pression de devoir intervenir pour assurer un fonctionnement adéquat de l’économie.

Selon certains observateurs il existe un danger de krach boursier dans les mois à venir, même si actuellement l’économie semble se porter plutôt bien. Les pessimistes vont plus loin: ils annoncent un krach boursier comme celui vécu en 2008. Les plus prudents prendront en considération une telle éventualité, pour ne pas s’hasarder dans des opérations financières à haut risque.

Les indices qui présagent un krach boursier

  • L’année 2018 est marquée par une très grande volatilité. Après une phase de hausse bien accentuée, les marchés boursiers entament un mouvement correctif. C’est une circonstance qui augmente la probabilité d’un krach boursier. Mais rien de plus.
  • L’outil analytique appelé « indice Shiller » (au nom du prix Nobel d’économie en 2013), laisse aussi présager un krach. Cet instrument étudie l’existence probable de bulles financières. Il effectue une comparaison de la valeur d’usage d’un actif,  le prix auquel il est échangé se basant sur l’offre et la demande, et sa valeur réelle. Plus cet indice augmente, plus le prix des actifs financiers croît plus rapidement que la marge. Et cela est un indice de bulle financière.
  • Le 13 août 2018, le Skew, l’un des indices qui juge le niveau de peur chez les investisseurs en actions a marqué un nouveau record historique.
  • Dix ans sont passées depuis le krach boursier du mois de mars 2009. Une longue période de marché haussier laisse toujours entrevoit la phase suivante – le marché baissier.

Que faire quand la Bourse baisse?

  • Une chose à éviter absolument est l’overtrading. Votre pire ennemi ici ce sont votre impulsivité et vos émotions. Le manque de plan et de stratégie peuvent vous faire courir des risques très serieux, avec des conséquences très graves. Rappelez-vous: vous êtes un investisseur, et la Bourse n’est pas un jeu d’hasard.
  • L’autre chose à éviter est de suivre les news et se faire prendre par le vent de panique, que les médias se font une vraie joie de semer. Vous devez faire tout le contraire – garder votre sang froid et analyser la situation avec toutes les données disponibles. L’analyse technique est un outil utile dans les périodes de krach, parce qu’elle est basée sur les évolutions dans le temps des cours. C’est clair que dans une période de krach boursier, les évènements sur les marchés financiers refletènt la panique et les peurs, des émotions qui n’ont rien de rationnel. Et la composante psychologique de l’analyse technique pourrait bien vous aider à y voir plus clair.
  • La diversification du patrimoine peut vous être très utile pour surmonter une période dure de Bourse baissière.

Share.

About Author

Leave A Reply